Jeux VidéosNintendo Switch

The Legend of Zelda: Link’s Awakening

Le 20 septembre dernier est sorti un de mes jeux les plus anticipés de l’année 2019: The Legend of Zelda: Link’s Awakening sur la Nintendo Switch.  Il s’agit d’un remake du jeu de GameBoy sorti il y a plus de 26 ans maintenant.  Ce jeu a été un énorme succès au moment de sa sortie et qui continue d’être un jeu adoré par le public.  Mais est-ce que ce remake arrive à la hauteur du jeu original?

Histoire 8/10

L’histoire n’a évidemment pas changé dans ce remake. Après un voyage en bateau ayant mal tourné, Link se retrouve sur l’île de Koholit où il est réfugié par un vieil homme et sa fille Marin qui lui racontent ce qui s’est passé.  Il se fait ensuite révéler par un hibou qu’il est une sorte d’élu qui doit récupérer les 8 instruments qui lui permettront de réveiller le Wind Fish, qui est la seule créature pouvant possiblement lui permettre de quitter l’île.

Link’s Awakening est sorti un an après A Link to the Past, qui est selon moi le premier jeu de la série des Zelda à avoir une histoire vraiment épique. Les deux premiers jeux au NES étaient seulement la formule classique du guerrier qui va sauver la princesse.  A Link to the Past est où les développeurs ont vraiment commencé à amplifier l’histoire, en y ajoutant une certaine profondeur.  Avec Link’s Awakening ils avaient tenté d’en faire une histoire à part, où le jeu ne prenait pas place dans Hyrule, où la princesse Zelda n’était pas impliquée.

Bien que l’histoire ne soit pas aussi épique que celle de A Link to the Past, elle a tout de même des éléments d’urgence, d’intérêt, où plus l’histoire avance, plus on sent que notre quête prend son sens, notamment avec les boss qui nous révèlent des éléments sur notre quête lorsqu’on les bat. Bien que l’histoire ne soit peut-être pas l’élément le plus fort du jeu, elle reste très bien selon moi.

Mon gros problème avec l’histoire et l’avancement du jeu est que certains éléments sont durs à deviner, comme avec bien des Zelda de l’époque (surtout Zelda II: The Adventure of Link). Par exemple la mélodie à apprendre pour réveiller l’oiseau pour pouvoir aller au Eagle Tower ou le chemin secret à l’intérieur de l’oeuf géant.

Musique 7/10

La musique est bien évidemment la même musique qui était présente dans le jeu original, et les jeux des Zelda sont bien connus pour avoir des musiques majestueuses, et Link’s Awakening n’était pas une exception. Il s’agissait du premier jeu sur console portable et donc la musique avait été spécifiquement faite pour une console portable, et elle était excellente.

Cependant, est-ce que cette musique, faite pour une console portable des années 90, se transfère bien sur une console techniquement portable aussi (bien qui j’y joue toujours sur ma télé) des années 2010? Ma réponse est oui et non. Bien sûr je dis cela car j’ai joué au jeu original. Si vous jouez au remake sans avoir joué au jeu original, vous aurez peut-être une opinion différente.

La même musique a été repris mais faites avec un ton différent, des instruments différents, et bien que la plupart sont plaisantes à entendre, je pense seulement que la plupart sonnaient mieux au GameBoy. Je ne peux pas vraiment l’expliquer, c’est seulement ce que je pense. Mais une chose que je peux dire qui est nettement mieux sont les effets sonores. Je pense qu’elles sonnent beaucoup mieux sur la Switch qu’au Gameboy.

Graphiques 10/10

Les graphiques sont absolument impeccables. Je ne vais bien sûr pas le comparer au GameBoy car ce serait comme comparer jour et nuit. Les couleurs, le design, l’animation, c’est vraiment magnifique.
Ce n’est évidemment pas aussi beau que Breath of the Wild, auquel je donnerais un 15/10 côté graphique et qui est selon moi un des plus beaux jeux de la Switch, mais pour ce qu’ils pouvaient faire pour refaire un jeu de GameBoy, c’est vraiment superbe.

De plus, le jeux comporte au début et à la fin des cinématiques de type anime qui sont vraiment belles et plaisantes à regarder (pour un jeu de Switch bien sûr)

Gameplay 9/10

Le gameplay est le gameplay classique des premiers Zelda, avec une vue en overhead. Le jeu, lorsqu’il a été annoncé, a suscité de la controverse du côté du gameplay, avec beaucoup de gens pensant que le gameplay ne se trasmetterais pas bien sur la Switch, mais je crois que c’est faux. Je pense que le gameplay du jeu original a très bien été transmis.

Comme avec le jeu original, on ne peut que sélectionner deux items, un avec X et un avec Y (comme moi vous allez sûrement avec toujours la plume dans un des boutons) et les contrôles sont parfaits. Je dirais même que pour moi le gameplay était un peu mieux qu’au GameBoy simplement pour le fait que je préfère jouer avec un joystick qu’avec un D-Pad. Je pense juste que les contrôles sont plus fluides de cette façon.

Conclusion 8.5/10

The Legend of Zelda: Link’s Awakening sur la Switch est selon moi un remake très bien réussi d’un jeu déjà excellent. Mieux? Sur certains points oui, notamment les graphiques et le gameplay, mais j’aurai toujours personnellement une certaine nostalgie pour le jeu original. Je dis: si vous êtes un fan du jeu original ou juste des Zelda en général, c’est un jeu qui vaut la peine d’être acheté. Cependant, je recommanderais plus d’attendre un peu que le prix descende ou de le trouver usagé car le jeu m’a coûté 80$ et je l’ai fini en 2 jours. Je trouve seulement le prix un peu haut pour la durée du jeu.

Sources:

Google images

Zelda Wiki

Afficher plus

Jé est un grand passionné de tout ce qui a trait au cinéma. Dès un jeune âge, il découvre des films comme Star Wars, Back to the Future et Blade Runner qui éveillent sa passion pour le cinéma, mais c'est plus tard qu'il découvre des films comme 2001: A Space Odyssey, Taxi Driver et Seven Samurai qui le transforment en cinéphile fini. Il a également une grande passion pour la littérature, l'humour et les animes, qu'il découvre jeune avec des séries comme Dragonball, Cowboy Bebop et Fullmetal Alchemist.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page